La pêche



Les métiers de la pêche demeurent des professions essentielles à l’équilibre du milieu maritime. Ils varient considérablement en fonction de certains critères:

- La taille du navire (4 à 10 mètres);

- La technique de pêche utilisée (chalut, filet, senne, casier, drague, palangre, ligne …)

- La durée d’absence du port (1 à 30 jours, voire davantage en grande pêche)

- Les zones de pêche fréquentées (en vues des côtes françaises ou au grand large (Ecosse, Irlande, Groenland, Espagne, Afrique, Antarctique)

- Les espèces capturées (poisson de fond, poissons pélagiques, crustacé, mollusques)

- La production visée (produits frais ou congelés, entier ou en filets, pour la vente au détail ou la transformation industrielle).


Les principales espèces sont le thon, la sole, la baudroie, le merlu, la langoustine, le hareng, la coquille Saint-Jacques et le bar. Une fois capturées, elles sont triées puis vendues à la criée. Dans Les Halles à la marée, elles sont conditionnées avant d’être mises à la disposition des grossistes. Elles seront alors transformées ou revendues directement dans les poissonneries et grandes surfaces.



L'emploi du maritime


L’ensemble de la filière réunit près de 100 000 emplois dont 24 800 marins-pêcheurs environ. La pêche maritime constitue un secteur économique important pour l’alimentation humaine et le développement des régions littorales. Elle manque de main d’oeuvre, offre des emplois et s’ouvre, en recrutant de plus en plus en dehors du milieu maritime traditionnel.


Les conditions du travail


Selon son niveau de qualification, un marin-pêcheur sera un matelot executant des tâches bien définies (tri, préparation, conditionnement, conservation, stockage des poissons), un responsable d’équipe ou encore un officier chargé de la conduite du navire ou de la machine, de la pêche et du traitement des captures. Les mouvements du navire, les conditions matérielles (bruit, humidité, espace…), la répétition des efforts, le rythme de travail soutenu font de la pêche une activité physique exigeante que les aléas de la production et la météo peuvent rendre parfois pénible. Les marins-pêcheurs sont cependant habitués à faire face à ces situations graphe notamment à la cohésion et la complémentarité de l’équipage car, à bord, chacun est maillon essentiel de l’efficacité et de la sécurité de tous. Malgré ces conditions, les qualités humaines font preuve les marions leur permettent d’exercer leurs fonctions avec professionnalisme. Le métier de marin-pêcheur demeure un métier de liberté, de responsabilité, dont on est fier.


Le salaire


A qualification équivalente, le système de rémunération à la part offre en moyenne des salaires supérieurs à ceux des métiers terrestres.

Ils dépendent de la fonction exercée, du type de pêche, de la taille du navire et des espèces capturées, mais aussi des aléas de la météo et du prix du carburant. Les salaires bruts varient de 1 500€ par mois pour un matelot à 10 000€ par mois pour un capitaine de pêche.



Contact

Lycée Professionnel Maritime de Paimpol

1, rue Pierre Loti
BP 4
22501 Paimpol

 

Secrétariat Formation initiale

Tél : 02 96 55 30 90
Fax : 02 96 20 58 42

mail : lpm-paimpol@developpement-durable.gouv.fr​

 

         Secrétariat Formation continue 

Tél : 02 96 55 30 82

Fax : 02 96 20 58 42

​mail : fc.Lpm-Paimpol@developpement-durable.gouv.fr

Suivez-nous !

  • LinkedIn
  • Facebook
  • Twitter
  • Instagram
  • YouTube
  • Tumblr Social Icon